Il y a quelque temps déjà, vous avez pris la décision de vous expatrier. Une folle aventure qui vous faisait vibrer ; une soif infinie de découvrir l’étranger. Et puis vous avez rencontré l’homme de votre vie et avez fait des projets de vie, ensemble. Un bébé, bien sûr : c’est une évidence ! Toutefois, vous n’avez pas prévu de revenir en France prochainement et pensez accoucher à l’étranger… Berceau magique fait aujourd’hui le point avec vous sur l’accouchement à l’étranger.accoucher-à-l'étranger

Tout d’abord, sachez que chaque année plusieurs centaines de femmes expatriées accouchent hors du territoire français. Si les conditions sanitaires sont souvent équivalentes, le suivi, les pratiques et la langue dans laquelle l’accouchement est pratiqué peuvent différer.

Le coût de l’accouchement à l’étranger

Si en France le coût de l’accouchement oscille entre 1500€ et 2500€, il peut atteindre un montant astronomique à l’étranger auquel les futurs parents sont rarement préparés. Parmi les pays aux tarifs les plus exorbitants on compte : les États-Unis, le Canada, la Suisse ou encore le Japon. Il convient donc d’être couverte médicalement pour minimiser vos dépenses. Plusieurs options s’offrent à vous :

  1. Adhérer à la Caisse des Français à l’Étranger (CFE), et disposer d’une mutuelle complémentaire.
  2. Souscrire une assurance santé expatriation au 1er euro.
  3. Souscrire au régime de protection sociale local, dont les taux de remboursement peuvent s’avérer moins élevés que ceux pratiqués en France.

Toutefois, n’oubliez pas qu’il n’existe aucune règle fixe en matière d’administration, surtout à l’échelle mondiale. Nous vous recommandons donc de vous rapprocher au plus vite auprès de vos organismes de santé, mais aussi du service ressources humaines de votre employeur.

N’hésitez pas aussi de profiter de l’expérience des autres expatriés au sein de votre entourage, qui auront sûrement de bons conseils à vous donner.

Accoucher à l’étranger : Le déroulement

Si chaque pays a ses spécificités – au Danemark on accouche à domicile, à Dubaï, la tendance est à l’hypermédicalisation – nous pouvons affirmer que dans un pays où vous considérez le service de santé comme de qualité, il est inutile de vous faire du souci. Pour preuve, observez tous les gens que vous croisez dans la rue et dites-vous que pour la plupart, ils sont nés dans leur pays ! Par ailleurs, la majorité des médecins sont polyglottes ou maîtrisent au moins l’anglais : cela devrait apaiser les angoisses des futurs parents.

En ce qui concerne l’accouchement en lui-même, il se présente généralement de la même façon qu’en France : obstétricien, anesthésiste et sages-femmes vous encadreront ! Comme toujours, tout est une question de feelings et de confiance envers l’équipe qui vous accompagne durant 9 mois, accoucher à l’étranger n’est donc pas un frein en soi !

Crédit photo : Pixabay