Chaque année en France, 8 000 enfants sont concernés par des troubles liés au syndrome d’alcoolisation fœtale. La consommation d’alcool durant la grossesse est dramatique pour le développement du fœtus. Berceau magique vous explique aujourd’hui pourquoi la tolérance zéro doit être de rigueur !alcoolisation-foetale

Qu’est-ce que le syndrome d’alcoolisation fœtale ?

Le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) est un trouble courant mais sous-diagnostiqué, en lien avec la prise d’alcool (bière, vin, panaché, spiritueux) par la mère pendant la grossesse.
L’exposition à l’alcool in utero, même en très faible quantité, durant les 9 mois de grossesse peut nuire grandement au développement du fœtus. En effet, lorsqu’une femme enceinte boit un verre de vin, on constate qu’il se trouve dans le sang de son bébé autant d’alcool que dans le sien. Ce comportement est donc extrêmement dangereux puisque le foie et le rein de l’enfant ne sont pas encore assez matures afin d’éliminer l’alcool.

Les conséquences de l’alcoolisation fœtale

Les symptômes liés à ce syndrome sont nombreux et les conséquences souvent irréversibles. Par ailleurs, plus la consommation d’alcool intervient tôt dans la grossesse, plus les risques pour le fœtus sont importants. En effet, les effets de l’alcool sont particulièrement néfastes, puisqu’ils attaquent le système nerveux central.

Cela se traduit durant la grossesse par :

Comme nous le disions, l’alcool traverse le placenta, pour passer de la circulation sanguine de la mère à celle de l’enfant. Les conséquences vécues par l’enfant sont donc nombreuses :

  • Des anomalies, voire des déformations du visage
  • Un retard de croissance, comparé aux autres nourrissons
  • Une malformation de la boîte crânienne, qui peut induire des troubles nerveux permanents
  • Un déficit intellectuel
  • Des troubles de l’apprentissage, de l’attention, de la mémoire
  • Une hyperactivité
  • Une irritabilité qui déclenche des colères incontrôlées
  • Des difficultés à solutionner des problèmes
  • Des troubles du sommeil
  • Des problèmes cardiaques et respiratoires

Ainsi, nous préconisons une abstinence stricte concernant l’alcool, comme pour le tabac ! Néanmoins, si vous avez trinqué avec une goutte de champagne pour l’annonce de votre grossesse, ne culpabilisez pas, mais veuillez à ne pas réitérer l’expérience au vu des conséquences néfastes pour votre bébé.

Crédit photo : Pixabay