La grossesse extra-utérine touche 2 % des grossesses, soit environ chaque année 15 000 femmes en France. La particularité de cette grossesse et ses risques nécessitent un suivi rapproché. Berceau magique fait le point sur ce phénomène lié à un mauvais positionnement de l’ovule.grossesse-extra-utérine

Qu’est-ce qu’une grossesse extra-utérine ?

Lors d’une grossesse normale, six jours après la fécondation, l’œuf nidifie dans la paroi utérine où se développera le futur embryon. En revanche, dans le cas d’une grossesse extra-utérine, l’ovule ne nidifie pas dans l’utérus, mais dans la trompe. Or cette dernière est généralement trop étroite pour abriter un embryon. Dans ce cas, la grossesse n’est malheureusement pas viable. Par ailleurs, si l’œuf y poursuit trop longtemps son développement,  la trompe de Fallope peut se rompre et provoquer une hémorragie interne sévère.

Les facteurs influençant une grossesse extra-utérine

Si l’origine des grossesses extra-utérines est mal connue, il a été établi un ensemble de facteurs risque : une anomalie des trompes, le tabagisme, un âge avancé, le port d’un stérilet, des IVG à répétition, ou encore des antécédents de maladies sexuellement transmissibles.

Les symptômes d’une grossesse extra-utérine

Si les premiers symptômes d’une grossesse extra-utérine sont identiques à ceux d’une grossesse traditionnelle, on remarque au bout de 3 à 6 semaines des symptômes plus particuliers. Les indices physiques pouvant laisser supposer une grossesse extra-utérine sont tout d’abord des douleurs dans le bas du ventre, à l’endroit où s’est niché l’embryon. D’autre part, l’apparition de pertes brunes et de vertiges peut être considérée comme un mauvais signe. En cas de doute, il est recommandé de consulter un spécialiste.

En effet, seul le médecin est capable de dépister une grossesse extra-utérine : par un toucher vaginal, une échographie qui montre l’utérus vide et enfin une prise de sang, pour évaluer le taux hCG qui n’augmente pas puisque la grossesse est interrompue.

Le traitement de la grossesse extra-utérine

En cas de grossesse extra-utérine, une intervention doit être pratiquée urgemment. Deux cas se présentent alors:

  1. Le traitement chirurgical : l’opération consiste à sauver, s’il est possible, la trompe concernée.
  2. Le traitement médical : l’administration de méthotrexate, un agent qui va nécroser l’œuf.

Toutefois, la grossesse extra-utérine si elle est risquée, n’est pour autant pas synonyme d’infertilité. 60% des femmes concernées parviennent généralement à retomber enceinte dans les deux années suivantes.

Crédit photo : Pixabay