De nombreuses rumeurs circulent autour de l’utilisation des huiles essentielles durant la grossesse. Pour mettre un terme aux on-dit, Berceau magique conseille aujourd’hui les femmes enceintes sur le recours à l’aromathérapie !huiles-essentielles-grossesse

Qu’est-ce qu’une huile essentielle ?

L’huile essentielle est un liquide aromatique extrait de la partie odorante d’une plante (fleurs, feuilles, fruits, écorces, graines ou racines). Cette essence végétale a des vertus médicamenteuses : certaines huiles sont antibactériennes, d’autres anti-inflammatoires, ou encore tonifiantes… Elles s’utilisent par voie cutanée grâce à un massage, par voie olfactive et par voie interne.

On entend régulièrement dire que les huiles essentielles sont interdites aux femmes portant un bébé. S’il existe effectivement des huiles qui peuvent mettre en danger la santé du fœtus, il convient de faire quelques nuances, puisque certaines huiles essentielles peuvent être tolérées à partir du 4ème mois de grossesse.

Les huiles à proscrire durant la grossesse

Parce que vous êtes adepte des solutions naturelles, ou parce que vous ne parvenez pas à trouver le remède adéquat dans la médecine conventionnelle, vous souhaiteriez profiter des bienfaits de l’aromathérapie. Avant toute utilisation, nous vous recommandons de demander conseil à un médecin ou un pharmacien.

En effet, ces essences végétales agissant sur l’organisme tout entier peuvent atteindre le fœtus et déclencher un avortement. C’est donc pourquoi toute prise par voie interne – soit orale – est TOTALEMENT prohibée, particulièrement au cours du premier trimestre de grossesse.

Parmi les huiles essentielles A BANNIR COMPLÈTEMENT de votre routine de soins : l’absinthe, le camphre, l’eucalyptus mentholé, la menthe des champs, la menthe poivrée, la myrrhe amère, l’origan compact, l’origan de Grèce, le persil, la sauge officinale, le thuya et le vétiver.

Les huiles essentielles autorisées durant la grossesse

Si l’on compte une douzaine d’huiles essentielles à proscrire durant la grossesse, il en existe une trentaine autorisée ! Pourquoi ? Ces huiles ne referment pas de molécule sensible en quantité à risque. Alors que l’on sait que de nombreux médicaments ne peuvent pas être utilisés pour soulager les maux de la grossesse, ces huiles peuvent s’avérer être une bonne alternative !

  • Par exemple, l’essence de citron est réputée dans la lutte des nausées du premier trimestre de grossesse.
  • Pour la constipation, le gingembre s’avère redoutable.
  • On ne vante plus les mérites de la camomille et de la lavande pour se détendre.
  • Autre exemple : le laurier noble, préconisé pour soulager les douleurs et les tiraillements dans le dos.

Voici la liste complète des huiles essentielles autorisées, par ordre alphabétique : l’arbre à thé, le basilic, la bergamote, le bois de Hô, la camomille, la cardamone, le ciste, le citron, l’estragon, l’eucalyptus citronné, l’eucalyptus radié, la gaulthérie, le géranium rosat, le gingembre, l’inule odorante, le laurier noble, la lavande, la lavande aspic WRONG, la lavande vraie, le lavandin super, le lentisque pistachier, la mandarine zeste, la mandravasoratra, la marjolaine, la matricaire, le niaouli, l’oranger, le petit grain bigarade, le ravintsara, la rose, la tanaisie, le thym à thujanol, la verveine citronnée et le ylang-ylang.

Leur utilisation pendant la grossesse

  1. Commencez par demander conseil à votre pharmacien ou votre médecin !
  2. Utilisez les huiles autorisées UNIQUEMENT par voie cutanée ou olfactive
  3. N’usez JAMAIS plus de 4 gouttes d’huile essentielle par utilisation (massage ou diffuseur)
  4. N’appliquez JAMAIS d’huiles essentielles sur votre poitrine ou votre ventre si vous êtes enceinte
  5. Achetez UNIQUEMENT vos huiles essentielles dans des magasins spécialisés ou boutiques bio, où leur origine peut être vérifiée.

Crédit photo : Pixabay