Dernièrement, vous avez entendu une maman parler de motricité libre ou autonome. Mais de quoi s’agit-il ? Est-ce une nouvelle forme de pédagogie à la mode ? Qu’est-ce qu’implique la motricité libre dans le quotidien de bébé ? Berceau magique vous en dit plus sur le sujet !La motricité autonome

Qu’est-ce que la motricité libre ?

On désigne par motricité libre ou motricité autonome le fait de laisser un bébé découvrir par lui-même les mouvements que son corps est capable de réaliser. Cette approche pensée par la pédiatre Emmi Pikler se veut plus spontanée. D’ailleurs, elle est reconnue comment étant davantage respectueuse du rythme de développement de l’enfant.

En effet, un bébé étant un être doué de sensibilité, il est capable d’apprendre par lui-même sans l’intervention d’un l’adulte. Chaque succès va petit à petit l’engager dans un chemin de confiance qui va lui insuffler la motivation d’expérimenter, chaque jour, de nouvelles choses.

Pourquoi la motricité libre est autant plébiscitée ?

Les travaux du Dr Emmi Pikler ont réussi à démontrer qu’en encourageant les actions volontaires d’un bébé, il était capable de progresser de manière continue. Lorsque les parents forcent par exemple leur enfant à s’asseoir, cela cause en eux une forme de mécontentement et de frustration. Via la motricité autonome, le tout-petit prend ses propres décisions, et aucun retard n’est observé par rapport aux autres enfants.

De plus, ce concept a permis de mettre en lumière que les enfants éprouvaient un plaisir certain à s’exercer : pour chaque nouvelle réalisation ils font preuve de ténacité, mais aussi d’un grand sens logique, puisqu’il s’accorde spontanément des pauses suite à un effort.

Ces raisons expliquent pourquoi cette pédagogie est tant plébiscitée. Il incombe ainsi aux parents de permettre à leurs enfants de devenir décideurs, et de ne pas leur retirer la joie de découvrir par eux-mêmes leurs aptitudes naturelles. Être le moteur de leur propre progression participe largement à leur développement psychomoteur, cognitif, ou encore psychique : ceci favorisant d’autant plus leur esprit d’initiative et leur créativité.

Comment se pratique la motricité libre ?

 La plupart des enfants dispose d’un tas de jouets et d’accessoires d’éveil censés stimuler leur développement moteur. Si leur utilité n’est pas remise en cause, il est recommandé aux parents souhaitant appliquer l’approche de la motricité autonome d’en limiter l’usage.

En remplacement, il leur suffira de disposer une large couverture au sol et de placer quelques jouets à proximité de leur bout de chou. Sous leur surveillance, bébé d’abord placé sur le dos (une position physiologiquement naturelle) pourra alors vaquer à ses propres occupations : l’envie de réaliser tel ou tel geste (ramper, se retourner, explorer l’espace dont il dispose, attraper ses peluches, sentir leurs textures…) sera sa décision.

Les parents découvrent au fur et à mesure que leur tout-petit est capable de se mouvoir seul, sans aucune stimulation extérieure. Ses expériences et ses observations quotidiennes lui permettent de faire de nombreux progrès sans devancer ses besoins, lui procurant un sentiment d’accomplissement et de sécurité.

Crédit photo : Pixabay