Le prolapsus génital aussi appelé « descentes d’organes » est une complication gynécologique fréquente qui survient chez les femmes ayant mis au monde un ou plusieurs enfants. Berceau magique vous en dit davantage sur le sujet.Comment soigner le prolapsus ?

Qu’est-ce qu’un prolapsus ?

Le prolapsus génital, communément appelé la descente d’organes, désigne littéralement la descente anormale de la vessie, le rectum, l’utérus, ou encore le vagin. Ce phénomène est généralement causé par la distension des ligaments et des muscles qui se sont affaiblis après un ou plusieurs accouchements.

Cette pathologie qui touche fréquemment les femmes âgées de plus de 45 ans, peut engendrer une sensation de gêne dans le bas-ventre ou encore des troubles urinaires. Fort heureusement des solutions peuvent être envisagées telles qu’une rééducation, et dans d’autres cas une chirurgie.

Les 3 types de prolapsus génital

  1. Le cystocèle  ou prolapsus de la vessie : il concerne 80% des cas et se caractérise par la chute de la vessie dans le vagin.
  2. L’hystérocèle ou prolapsus de l’utérus : il se caractérise par la descente de l’utérus dans le vagin.
  3. Le rectocèle ou prolapsus du rectum : il se caractérise par la chute rectum dans le vagin.

Les causes du prolapsus

Il existe quatre principales raisons à la descente des organes :

  • Le relâchement des muscles du périnée et des ligaments de soutien,
  • Une ou plusieurs grossesses,
  • Le recours aux forceps au cours de l’accouchement,
  • La ménopause, qui s’accompagne d’une chute des hormones féminines qui contribuent à rendre les tissus élastiques.

D’autres facteurs peuvent conduire au développement de la descente des organes tels que l’obésité, le tabagisme, ou encore la constipation.

Comment soigner le prolapsus ?

Bien que la sensation de pesanteur ressentie peut parfois devenir très inconfortable, le prolapsus ne représente généralement aucun danger. Toutefois si les symptômes sont trop difficiles à supporter au quotidien, sachez qu’il existe deux principaux traitements.

La rééducation vaginale

Dans certains cas, la rééducation parvient à elle seule à réduire la descente des organes. Après avoir mesuré le degré de relâchement du périnée, il sera possible de remuscler le plancher pelvien à l’aide d’un kinésithérapeute. Aussi, il est possible d’avoir recours à l’électro-stimulation afin de permettre à la patiente de prendre conscience de son périnée, puis renforcer le sphincter et la vessie.

L’intervention chirurgicale

La chirurgie est l’ultime recours proposé aux femmes souffrant de prolapsus. L’opération consiste à replacer les organes à l’aide d’une prothèse qui va venir les soutenir et retendre la paroi de l’organe qui descend. Cette intervention chirurgicale peut passer par les voies naturelles ou par cœlioscopie. Après la convalescence, il est tout à fait possible de conserver une activité sexuelle.

Crédit photo : Pixabay