Concevoir naturellement un enfant n’est pas toujours évident. C’est donc près de dix mille demandes qui sont déposées chaque année afin de participer au bonheur d’un enfant, au passé souvent douloureux. Bien que la procédure requiert une extrême patience, le souhait des adoptants peut être exaucé. Deux formes d’adoption se présentent alors à eux : plénière ou simple. Berceau Magique les aiguille dans leur démarche afin qu’ils puissent mûrir leur choix.
adoption-simple-plénière

Les conditions pour adopter

Pour les couples mariés, vous devez avoir au moins 2 ans de mariage, ou être tous les deux âgés de plus de 28 ans pour pouvoir adopter un enfant, que ce soit pour une adoption simple ou plénière. Pour les personnes seules, l’adoption est quant à elle possible dès l’âge de 28 ans. L’adoptant doit cependant obtenir le consentement de son conjoint s’il est marié.

De plus, il est nécessaire d’obtenir un agrément délivré par le service de l’aide sociale à l’enfance (ASE). Celui-ci représente une certaine garantie pour l’adopté, et l’adoptant. Celui-ci peut-être obtenu après une analyse de la fiabilité et de la cohérence de votre projet d’adoption, mais aussi de votre capacité à vous sentir parent et à intégré l’enfant au sein de votre histoire et de votre vie. Si l’ASE accorde une réelle importance à cet agrément, c’est pour donner toutes les chances possibles à l’adopté, qui a bien souvent un passé difficile, quel que soit son âge.

Adoption simple ou plénière, quelles différences ?

Âge minimum de l’adopté

Dans le cas d’une adoption simple, l’adopté peut être majeur ou mineur, mais doit obligatoirement avoir au moins 15 ans de différence avec l’adoptant. Pour l’adoption plénière, l’adopté est un mineur de moins de 15 ans.

Lien avec la famille d’origine

Le lien avec la famille d’origine sera conservé dans le cas d’une adoption simple, alors que dans le cas d’une adoption plénière, la nouvelle filiation remplacera celle d’origine.

Nom de l’enfant adopté

Dans le cas d’une adoption simple, l’adopté pourra soit ajouter le nom de son adoptant à son nom initial, soit décider de le remplacer. Pour une adoption plénière, le nom de l’enfant adopté sera obligatoirement changé.

La nationalité de l’adopté

L’enfant qui se fera adopter selon une adoption simple ne se verra pas automatiquement attribuer la nationalité française. Il devra la demander par la suite, par le biais d’une déclaration. Or, si ce dernier est adopté dans le cadre d’une adoption plénière, l’adopté sera considéré comme français dès sa naissance.

Droit à la succession

Comme le lien avec sa famille d’origine est conservé, il est possible que l’enfant adopté puisse hériter de ses deux familles dans le cas d’une adoption simple. À l’inverse, il ne pourra hériter que de sa famille adoptive pour une adoption plénière.

Révocation

Pour les adoptions simples, la révocation de l’adoption sera possible dans des situations de cas graves, alors qu’elle ne le sera pas dans le cas d’une adoption plénière.

Critère Adoption simple Adoption plénière
Conditions pour adopter Couples mariés : 2 ans de mariage ou + de 28 ans
Personnes seules : plus de 28 ans + consentement du conjoint (en cas de mariage)
Âge minimum 15 ans de différence avec l’adoptant Mineur de moins de 15 ans
Agrément Agrément obligatoire fourni par l’ASE
Lien avec la famille d’origine Conservé Remplacé
Nom Ajout du nom de l’adoptant ou remplacement Remplacement
Nationalité française Pas automatique Automatique
Droit à la succession Héritage des 2 familles Héritage de sa famille adoptive
Révocation de l’adoption Possible dans de graves cas Irrévocable

Crédit photo : Pixabay