Le don d’ovocytes, bien qu’encore rare en France, peut faire le bonheur de nombreux couples dont la femme souffre d’infertilité. Aujourd’hui, le temps d’attente d’un couple est évalué entre 6 et 60 mois. L’équipe de Berceau magique vous sensibilise sur ce sujet.Qu'est-ce que le don d'ovocytes ?

Qui est concerné par le don d’ovocytes ?

Quelle femme peut faire ce don ?

Afin de faire un don d’ovocytes, une femme doit répondre à plusieurs critères. Premièrement, elle doit être en bonne santé : pour vérifier cela, elle devra réaliser une prise de sang, un caryotype et une échographie qui permettra d’évaluer sa réserve ovarienne. Un accompagnement psychologique et/ou génétique pourra aussi être requis.

Deuxièmement, elle doit être majeure et âgée de moins de 37 ans. Si elle est en couple, alors son partenaire doit, lui aussi, donner son consentement.

Lorsque l’ensemble de ces conditions est rempli, la donneuse s’inscrit sur une liste en détaillant ses caractéristiques physiques et génétiques afin d’être associée à un profil receveur correspondant.

Qui peut recevoir un don d’ovocytes ?

Pour être éligible au don d’ovocytes, le couple receveur doit être en âge de procréer mais dans l’incapacité d’avoir naturellement des enfants :

  1. Du fait que la femme ne produit pas d’ovocytes,
  2. Parce ses ovocytes sont anormaux du fait d’une maladie particulière, ou d’un traitement reçu ayant entraîné la destruction de ses ovocytes,
  3. Ou bien parce que les futurs parents pourraient transmettre, de façon héréditaire, une maladie génétique grave à leur progéniture.

Ensemble, les conjoints font leur démarche dans un cadre médical et légal strict d’assistance médicale à la procréation (AMP). En France, il existe 21 centres d’AMP autorisés à accueillir les donneuses ou les receveuses, et à effectuer les prélèvements. Concernant le coût de cette PMA, il est pris en charge par l’assurance maladie à 100 % au titre d’infertilité.

Qu’est-ce que le don d’ovocytes ?

En quoi consiste concrètement le don d’ovocytes ?

Toutes les femmes possèdent, en temps normal, des milliers d’ovocytes au sein de leurs ovaires. Il s’agit de cellules reproductrices. Chaque mois, environ dix ovocytes se développent afin d’aboutir à l’ovulation d’un seul ovocyte, pouvant être fécondé par un spermatozoïde.

Ainsi, une femme prend la décision de se faire ponctionner plusieurs ovocytes (5 à 8) pour donner la possibilité à une autre femme, infertile, de devenir maman. Dans les faits, une stimulation de ses ovaires par injection a lieu 10 à 12 jours avant son hospitalisation. Durant cette journée à l’hôpital, ses cellules reproductrices matures sont prélevées et presque immédiatement fécondées in vitro avec le sperme du conjoint de la receveuse. Dans un délai de 72 heures, un à deux embryons sont placés dans l’utérus de la receveuse, qui a reçu au préalable un traitement hormonal. Pour le reste, ils sont congelés et peuvent être réutilisés durant cinq années. Concernant la donneuse, cet acte médical ne réduit pas ses chances de tomber enceinte. Toutefois, quelques légers effets indésirables feront leur apparition les jours suivant le don : sensation de pesanteur, lourdeurs pelviennes et petits saignements.

Ce don est tout à fait libre, gratuit et anonyme en France. En effet, légalement aucune filiation ne peut être établie entre le bébé issu de ce don et la donneuse.

Donneuse et receveuse bénéficient légalement d’un congé lié à cette opération médicale.

Crédit photo : Pixabay