En France, ce sont plus de 700 000 enfants qui souffrent de harcèlement scolaire : insultes, et parfois violences physiques font malheureusement partie de leur quotidien sur les bancs de l’école. Pour faire face à ce fléau, les moyens manquent encore. Toutefois, en tant que parents attentifs, vous pouvez parvenir à déceler les signes de mauvais traitements chez votre enfant. Berceau magique vous en dit plus sur le sujet.Mon enfant souffre-t-il de harcèlement ?

Comment savoir si votre enfant est harcelé ?

Les signes du harcèlement scolaire

Il existe de nombreux signes à la fois physiques et psychologiques pouvant alarmer les parents, et leur permettre de déceler un harcèlement. Un enfant se montrant susceptible, ayant des troubles du sommeil, qui peu à peu semble se replier sur lui-même, et démontre des maux liés au stress est certainement victime de violence à l’école. D’autres pistes peuvent vous mettre sur la voie comme une chute de ses notes, un désintérêt pour l’école, ou encore de l’agressivité à la seule évocation du système scolaire… Pour les parents, il est primordial de se montrer attentif car la victime se trouve généralement très vite isolée.

Pourquoi un enfant se trouve-t-il harcelé ?

Les bourreaux stigmatisent leurs victimes parce qu’elles paraissent faibles et faciles à intimider. Quant au harcèlement en lui-même, il peut se fonder sur des raisons diverses et variées :

  • L’apparence physique : le poids,  l’origine, la taille, la couleur des cheveux
  • L’orientation sexuelle supposée
  • Un handicap ou un déficience pouvant être physique ou mentale
  • Des centres d’intérêts différents

Quel est le profil des harceleurs ?

Contrairement aux idées que vous pourriez vous faire, les bourreaux ne sont pas nécessairement les enfants aux physiques les plus forts, aux contextes familiaux les plus compliqués, ou ceux dont les résultats scolaires sont les plus catastrophiques ! Il existe principalement 3 profils de harceleurs :

  1. Celui qui agit par anticipation et qui suit le reste du groupe : il harcèle un autre enfant, afin de ne pas être lui-même harcelé.
  2. Le harceleur qui a lui-même été harcelé.
  3. L’asocial qui n’a absolument aucune considération ni pitié envers sa victime, ce pour quoi il peut être particulièrement dangereux.

Aider votre enfant à surmonter son harcèlement

Si vous pensez que votre enfant souffre de harcèlement à l’école, il est important que vous en discutiez avec lui. Etablir un dialogue parents-enfant permettra dans un premier de temps de rassurer votre enfant : il vous confiera peut-être alors qu’il est effectivement le bouc émissaire d’un ou plusieurs bourreaux. À ce moment-là, vous devrez lui faire sentir qu’il n’est aucunement responsable des intimidations dont il est victime sur les bancs de l’école. Il doit au contraire parvenir à comprendre que le comportement de ses camarades est anormal et qu’il doit être sévèremment puni.

Pour le mettre en confiance, faites-lui savoir qu’il est possible de le faire changer de classe voire d’établissement. Enfin, si vous ne vous sentez pas les épaules assez larges afin de gérer la situation, n’hésitez pas à faire appel aux associations de parents d’élèves.

Le témoignage de Sabrina dont la fille a subi le harcèlement à l’école

Comment avez-vous été alertée sur le harcèlement subit à l’école pour votre fille ?

Un camarade de classe m’en a faire part, mais au début comme je l’ai expliqué, j’ai cru à de simples chamailleries mais quand un second camarade m’a aussi alertée également, j’ai tiré la sonnette d’alarme.

Comment l’avez-vous aidée à surmonter cette phase difficile ?

Avec l’aide de maman et d’une psychologue qui a apporté beaucoup de conseils car je ne voulais pas alerter l’établissement scolaire car il n’y a jamais eu violence physique. J’ai appliqué sa méthode qui a très bien fonctionné et ce, rapidement.

Quels conseils donneriez-vous aux parents dont les enfants subissent des moqueries ?

Qu’il faut bien écouter et comprendre au mieux votre enfant, en le rassurant.
Il ne faut surtout pas le rabaisser, en lui indiquant par exemple :  » toi aussi, avec ton petit caractère , tu ne dois pas avoir fait l’ange non plus » ou en lui exprimant ces défauts dans ce genre de situation .
Si le harcèlement va vraiment trop loin et ne cesse pas, il faut aller en parler au directeur ou à la directrice de l’école et si vous pensez que vous parlez à un mur, dirigez-vous vers l’inspection académique par courrier ou téléphone, dans l’espoir d’avoir un rendez-vous, dans les plus bref délais.

Crédit photo : Pixabay

Date de publication : 3 novembre 2016