lindsay-portrait

 

 

Pour donner naissance à son premier enfant, Lindsay a opté pour une forme d’accouchement inédite : l’accouchement sous auto-hypnose ou HypnoNaissance.

Parce que cette expérience s’est formidablement bien passée, cette jeune maman a souhaité apporter son témoignage aux lectrices du Mag et a donc accepté de répondre à toutes nos interrogations.

 

Pouvez-vous nous décrire en quoi consiste l’accouchement sous auto-hypnose / HypnoNaissance ?

L’accouchement sous hypnose n’implique aucune emprise sur l’esprit. L’hypnose permet de contrôler nos émotions. L’objectif de la préparation à l’accouchement sous hypnose est donc d’aider à gérer la douleur, en incitant à focaliser la pensée sur quelque chose de plaisant, qui apporte du réconfort.

 

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’opter pour cette forme d’accouchement?

Avant même d’être enceinte, je souhaitais avoir un accouchement avec le moins de médicalisation possible, sans péridurale.

En faisant ce choix, je savais pertinemment qu’il fallait se « préparer » d’une certaine manière, afin de gérer la douleur le jour de l’accouchement.

 

Comment avez-vous entendu parler de cette technique ?

C’est en discutant avec une amie sage-femme, elle-même enceinte, que j’ai pris connaissance de cette technique.

 

Comment vous êtes-vous préparée ?

À partir du 3ème mois de grossesse, j’ai commencé les séances d’hypnose avec une sage-femme spécialisée dans ce domaine. Chaque mois, je suivais une séance d’auto-hypnose avec ma sage-femme. Le plus important est ensuite de pratiquer l’auto-hypnose le plus souvent possible au quotidien. Pour cela, j’ai suivi et écouté les enregistrements de Lise Bartoli, à disposition sur son site internet : www.lisebartoli.com.

J’ai également pratiqué la méditation en pleine conscience grâce au livre de Nancy Bardacke, Se préparer à la naissance en pleine conscience. La lecture d’un autre livre, Hypnonaissance : la méthode Mongan, m’a aussi énormément aidée à comprendre cette technique et à la pratiquer quotidiennement.

 Hypnonaissance | Le Mag Berceau Magique

 

Avez-vous eu des appréhensions ou étiez-vous en confiance ?

Je n’ai eu aucune appréhension car dès le début, j’ai senti que cette technique me faisait beaucoup de bien. Je me sentais en parfaite confiance avec moi même. De nature très dynamique et anxieuse, avec une vie à 100 km/h, la pratique de l’auto-hypnose et de la méditation en pleine conscience m’ont fait énormément de bien tout au long de la grossesse ainsi que dans ma vie de tous les jours.

 

Comment l’accouchement s’est-il passé ?

L’accouchement s’est exactement passé comme je l’avais souhaité. Grâce à l’auto-hypnose et à la méditation en pleine conscience, le travail a commencé sereinement depuis la maison, à partir d’1h du matin. Nous nous sommes ensuite dirigés vers le Cocon d’Erasme à Bruxelles aux alentours de 11h, pour donner vie à notre petite fille 6h30 plus tard.

Tout au long de l’accouchement, j’ai pratiqué les exercices de visualisation et de respiration. J’étais très concentrée, sereine, en parfaite harmonie avec mon corps et mes sensations.

 

Quel est le message que vous souhaitez faire passer aux futures mamans qui lisent le Mag ?

Je pense qu’il est important de se renseigner sur les différentes alternatives à la médicalisation comme la péridurale. Je souhaite aussi préciser que l’auto-hypnose ne nous met en aucun cas dans un état léthargique. J’ai été consciente durant toute la totalité de mon accouchement. J’ai d’ailleurs senti les contractions ainsi que les douleurs mais l’hypnose m’a justement permis de les supporter et de les contrôler.
Ce type de préparation est vraiment formidable car elle vous permet de vous sentir en accord avec votre corps, dans une totale sérénité tout au long de votre grossesse et de votre accouchement.
Grâce à cette préparation, mon compagnon et moi avons vécu l’accouchement comme un moment magique, du début jusqu’à la fin.

Je tiens d’ailleurs à remercier mon amie Isaline qui m’a fait découvrir cette méthode et grâce à qui j’ai pu vivre l’accouchement que j’avais souhaité. Merci aussi à toutes les sages-femmes qui ont fait partie de cette aventure durant ces 9 mois, particulièrement à F. qui nous a accompagnés durant tout le travail. Merci également à mon compagnon : sans lui, tout cela n’aurait pas été possible. Il a joué un rôle essentiel pendant toute ma grossesse mais également lors de l’accouchement où il m’a été d’une aide très précieuse.

 

Merci à Lindsay pour son témoignage.

Date de publication : 24 février 2016