Sorti le 12 Mai 2021, 3 mois sous silence est le premier livre à traiter le sujet du tabou autour de la condition des femmes en début de grossesse. Judith Aquien, l’autrice de ce livre, part de sa propre expérience et mène une enquête sans concession mettant en lumière les difficultés que peuvent rencontrer les femmes et la non prise en charge de celles-ci.

Dès les premières lignes, on ressent la force et la colère dans les propos de Judith Aquien.

Pour 85% des femmes, les premières semaines de grossesse sont très difficiles tant sur le plan physique que psychologique : nausées, vomissements, fatigue extrême, peur de la fausse couche et dans 20% des cas, fausse couche réelle.

« Avant l’échographie du 1er trimestre, tout ce que la femme traverse est vraisemblablement quelque chose de purement intime et personnel, ne relevant d’aucune administration, d’aucun dispositif de soin particulier ou d’aménagement RH, d’aucune parole autre qu’un discours froid, médicalisé. »

Judith Aquien

Premier trimestre de grossesse : moment de silenciation

Bien entendu, on peut tout à fait comprendre que le premier trimestre de grossesse est une période fragile. En effet, il y a le risque de fausse couche. De plus, il faudra attendre la fin du premier trimestre pour savoir si notre bébé ne présente pas de malformations, ou un handicap.

Nombreux sont les couples qui préfèrent garder le secret pendant les premières semaines. Le problème se pose quand le début de grossesse devient un moment de silenciation pour de mauvaises raisons.

En effet, le livre contient des témoignages de femmes ayant subi des discriminations au travail. Voici un exemple :

Les choses se sont compliquées dès ma première grossesse : mon manager a multiplié les petites réflexions, allant jusqu’à me parler de « trahison ». Pourtant, je bossais d’arrache pied […] Lors de ma deuxième grossesse, des complications m’ont entrainée à l’hôpital mais j’ai refusé l’arrêt maladie et j’ai travaillé intensément 12heures par jour malgré la douleur. A mon retour, j’étais carrément rétrogradée, et un jeune que j’avais formé avait récupéré mon poste !

Témoignage de Samuelle

Des actions qui pourraient améliorer la situation

A travers 3 mois sous silence, Judith Aquien met en lumière plusieurs tabous. Le tabou du début de grossesse, le tabou des règles, le tabou du post-partum. L’autrice a fait beaucoup de recherches afin d’étayer ses propos avec des chiffres et des données très sérieuses.

Ce livre dénonce la non prise en charge (tant sur le plan RH, que médical que psychologique) des femmes pendant ce tiers de leur grossesse, à la faveur de l’injonction à ne pas en parler. Mais l’autrice ne s’arrête pas au constat et propose des solutions qui pourraient être mises en place :

  • Respecter la parole des femmes
  • Allouer plus d’argent à l’éducation nationale pour informer les jeunes sr le corps des femmes
  • Rembourser les protections hygiéniques
  • Développer la recherche médicale pour soigner les maux des femmes
  • Inclure le deuxième parent
  • Allonger encore le congé paternité
  • Cesser d’écarter les mères célibataires et les couples homosexuels
  • Mettre en place des protocoles dédiés pour les parents qui traversent une fausse couche
  • Garantir la dignité des femmes à chaque instant de la grossesse
  • Informer les RH sur la nécessité de tenir compte du corps féminin dans l’organisation du travail.

Rencontre avec Judith Aquien en Live Instagram

Date de publication : 20 juillet 2021