Votre tout-petit ne se montre pas enthousiaste à l’idée de goûter de nouveaux aliments. A l’âge du non, il n’hésite pas à montrer sa désapprobation ! Ne vous en faites pas, cette phase est tout à fait normale et concerne 77% des enfants de 18 mois à 6 ans. On l’appelle néophobie alimentaire, Berceau magique vous en parle aujourd’hui.néophobie-alimentaire

Qu’est-ce que la néophobie alimentaire ?

On entend par néophobie, la peur de ce qui est nouveau. Dans le quotidien des enfants, cette inquiétude peut se manifester dans l’alimentation. Votre bambin est effrayé à l’idée de mettre dans sa bouche quelconque aliment qu’il ne connaît pas. Conséquence directe : il trie sa nourriture, examine son plat, grimace lorsqu’on lui propose une bouchée, détourne la tête ou refuse d’ouvrir la bouche.

Cette situation peut rapidement dégénérer et bébé peut en venir aux larmes. En effet, certains parents ont tendance à confondre ces crises passagères avec de gros caprices, et font donc la morale à leurs tout-petits. Or, sachez que votre enfant est réellement paniqué par ce qui se trouve dans son assiette : c’est la peur de l’inconnu.

Comment réagir quand bébé clame qu’il n’aime pas ?

Les parents doivent impérativement se montrer observateurs. En effet, si la néophobie alimentaire se présente du jour au lendemain, elle peut s’étendre à d’autres domaines et durer jusqu’à plusieurs mois. Tout ce qui est nouveau est alors très difficilement accepté.

Tout d’abord, il est primordial de ne pas gronder votre bout de chou s’il refuse de toucher à son repas. En revanche, montrez-vous rassurants, en lui montrant comme l’aliment en question est délicieux en le dégustant en même temps que lui. Si vous ne remarquez aucune réaction positive, papa, maman et le reste de la fratrie doivent continuer leur repas comme si de rien n’était.

Par ailleurs, il est important que votre tout-petit ne se sente pas puni des peurs qu’il ressent. Évitez donc le chantage : « si tu ne manges pas, tu n’auras pas droit à un dessert ». Pour l’aider, parlez-lui plutôt de vos propres peurs et comment vous êtes parvenus à les surmonter. Le repas doit impérativement rester un moment convivial et non une source de stress.

Comment l’encourager à manger ?

Afin d’aider votre enfant, n’hésitez pas à l’impliquer dans le rituel du repas. Il peut aussi participer activement aux courses. Par ailleurs, nous vous recommandons de présenter les aliments les moins appréciés, voire détestés, toujours sous la même forme. Cela permet aux bouts de chou de se familiariser et d’avoir des repères stables. Au fil du temps, l’aliment ne sera plus perçu comme nouveau.

Enfin, lorsque votre enfant aura surmonté sa phobie, félicitez-le. En voyant ses efforts reconnus, bébé se sentira plus motivé à renouveler l’expérience.

Crédit photo : Pixabay

Date de publication : 23 février 2016