Les précautions à prendre pour la chambre d’un enfant allergique

Avec l’augmentation progressive de la pollution atmosphérique, le nombre de personnes allergiques augmente chaque année notamment chez les enfants. Pour beaucoup d’allergologues, l’environnement domestique est en majeure partie responsable des crises allergiques des enfants. Ainsi, pour limiter le risque d’allergies chez les enfants, certaines précautions sont à prendre et ce dès l’arrivée de bébé. Ces conseils de bon sens concernent en premier lieu la chambre de votre enfant qui est la pièce où bébé passe la majeure partie de son temps dans les premiers mois de sa vie !

Les causes d’allergie d’un enfant

Les causes d’allergies d’un enfant peuvent être  multiples.  Au titre des allergènes les plus fréquents, on citera en premier lieu l’acarien. Cet arachnide mesurant moins d’un demi-millimètre se  retrouve en abondance dans les literies. Sa taille microscopique explique qu’il soit si difficile à combattre. De nombreux allergènes existent également : moisissure, poussière, animaux domestiques, pollen et insectes peuvent tout aussi bien générer des crises d’allergies chez vos enfants. Ces crises doivent être détectées et prises au sérieux. Un enfant allergique peut présenter différents troubles variables en apparence et en intensité : nez qui coule, yeux rouges, eczéma, enflure, respiration difficile…

Les bons gestes pour combattre l’allergie d’un enfant

Les acariens sont présents à peu près partout dans la maison. S’il est impossible de les déloger définitivement, on peut au moins en limiter la prolifération, notamment dans la chambre des enfants.

– Pour avoir un air sain dans la chambre d’un enfant, tentez d’y maintenir une température autour de 19 degrés.

– Aérez régulièrement la pièce, surtout par temps sec. Évitez d’aérer la chambre durant les pics de pollution dus au trafic routier, c’est-à-dire en début ou en fin de journée.

– Nettoyer régulièrement les bouches d’aération de vos fenêtres, refuge rêvé pour les abeilles qui peuvent apporter leur pollen dans les cavités.

– Évitez également de faire sécher du linge dehors durant la pleine saison de pollinisation.

– Passez  régulièrement l’aspirateur dans la chambre de votre enfant et évitez de laisser la poussière s’accumuler. Préférez l’aspirateur équipé d’un filtre de sortie H.E.P.A. (Haute Efficacité pour les Particules Aériennes) et d’un sac double épaisseur pour éviter la remise en suspension des allergènes.

– Lavez régulièrement les draps de votre enfant à température élevée (minimum 60 degrés). Quant aux rideaux de la chambre, choisissez-les en tissus léger et passez-les en machine au moins une fois dans l’année.

– Limitez la multiplication des peluches dans le lit de votre enfant.  Concernant son doudou favori, lavez le régulièrement à haute température.

– Evitez enfin d’installer une plante verte dans la chambre d’un enfant allergique. En effet, de la moisissure peut apparaître sur le dessus de la terre, risquant de  provoquer des crises pour les sujets les plus sensibles.

L’asthme chez l’enfant

L’asthme est une maladie de plus en plus répandue chez l’enfant. Elle a plusieurs degrés, cela peut être simplement des allergies comme des grosses crises. Il est souvent difficile de percevoir l’asthme chez le nourrisson. Il survient plus tard, généralement à l’âge d’environ 3-4 ans . Beaucoup de nourrissons font de l’asthme qui passe dans la majorité des cas.

Cependant, si vous avez des doutes, il faut consulter son médecin. Il existe aujourd’hui des traitements comme la désensibilisation qui permet de réduire voire de faire disparaître l’asthme ou du moins les grosses crises. Celles-ci, peuvent être impressionnantes pour les parents qui ne connaissent pas cette malade ! Étouffement, toux, et sifflements sont des symptômes précurseurs. Cependant, pas de panique, il faut dans ce cas que votre enfant prenne son traitement (souvent de la ventoline) qui lui permet d’ouvrir les bronches et donc d’avoir plus d’oxygène. Plus vous resterez calme, moins votre enfant ne paniquera.

Parfois, l’asthme est passager. En effet, dans de nombreux cas, ces symptômes sont dus à des crises d’angoisses, qui se répercutent de cette manière chez l’enfant. Tensions familiales, anxiétés, séparations, toutes ces situations peuvent jouer sur le bien-être de votre enfant. Dans ce cas, n’hésitez pas à consulter un pédopsychiatre, qui pourra permettre à votre enfant de parler librement.

Date de publication : 27 juin 2014