La dépression post-partum, contrairement au baby-blues, est une maladie longue (6 mois à 1 an) marquée par un sentiment de culpabilité intense qui peut toucher à la fois les jeunes mamans et les jeunes papas. Berceau magique fait le point avec vous.dépression-post-partum

Qu’est-ce que la dépression post-partum ?

La dépression post-partum, aussi appelée postnatale, est bien plus grave que le baby-blues, car elle peut personnellement vous nuire, mais aussi bouleverser le développement socio-affectif de votre tout-petit. Il est donc primordial que cette maladie soit détectée le plus tôt possible afin de la traiter efficacement, et qu’elle n’ait aucune incidence sur votre nouveau-né. Sachez d’ailleurs que cette pathologie touche 10 à 15% des accouchées en France.

Quand se manifeste la dépression post-partum ?

La dépression postnatale peut apparaître à tout moment durant l’année suivant votre accouchement. Elle s’explique notamment par divers facteurs physiologiques (antécédents de troubles mentaux, absence de soutien de votre partenaire, soucis financiers, accouchement difficile…), mais aussi simplement par les importants changements provoqués par l’arrivée de votre bébé.

Quels sont les symptômes de la dépression post-partum ?

On recense généralement une profonde tristesse sans raison apparente, un état d’épuisement permanent, des difficultés à trouver le sommeil, un sentiment de dévalorisation excessif, une extrême anxiété, un désintérêt pour quelconque activité, un changement d’appétit, ou encore l’impression que les choses ne s’amélioreront jamais.

Comment traiter la dépression post-partum ?

Tout d’abord, il est primordial que vous acceptiez le fait qu’il est normal de se sentir submergé quand on devient parent. Il est essentiel que vous puissiez en parler à votre entourage, et que vous vous libériez de cette sensation insensée que vous êtes une mauvaise mère ou un piètre père.

Si les bonnes paroles et une attitude attentiste vont peu à peu vous soulager, il faut tout de même songer à un traitement plus poussé. Trois possibilités s’offrent à vous :

  1. Un traitement relationnel : par exemple, une psychothérapie,
  2. Une hospitalisation de courte ou moyenne durée dans une unité parent-enfants,
  3. Ou des consultations spécialisées à domicile, qui vous permettent de reprendre confiance en vous.

Par ailleurs, ces solutions peuvent être associées à un traitement antidépresseur modéré, qui ne peut en aucun cas se suffire à lui-même.
N’oubliez donc pas que vous n’êtes pas seule et si vous le souhaitez, contactez le numéro vert Allo Parents Bébé 0800 00 3456 qui est une ligne d’aide et de soutien à la relation parents/bébé.

Crédit photo : Freepik

Date de publication : 30 octobre 2015