Selon l’Organisation mondiale de la santé, les vaccins sauvent entre 2 et 3 millions de personnes chaque année. Or la polémique sur les vaccins ne cesse d’enfler : ils sont remis en question à cause de leurs effets secondaires, des douleurs qu’ils engendrent, voire même des maladies qu’ils provoqueraient. Pour vous, Berceau magique démêle le vrai du faux.se-méfier-des-vaccins

Le calendrier de vaccination

ÂgeNaissance2 mois4 mois11 mois12 mois16-18 mois6 ans
BCG
Diophétrie – Tétanos – Poliomyélite
Coqueluche
Haemophilus  Influenzae de type B
Hépatite B
Pneumocoque
Méningocoque C
Rougeole – Oreillon – Rubéole

Faut-il se méfier des vaccins ?

Depuis Juin 2015, le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) ne préconise plus les vaccins contre la gastro-entérite à rotavirus, aux nourrissons âgés de moins de 6 mois. En effet, ils auraient causé 2 décès, 47 hospitalisations, mais aussi des infections nosocomiales. Cette remise en question ébranle l’entière légitimité des vaccins et pousse certains parents à ne plus vacciner leurs bambins, dans l’un des derniers pays européens où subsiste la distinction entre vaccins recommandés et obligatoires.

Pour rappel, la vaccination est obligatoire pour toute inscription dans une collectivité française.

Sur quels critères sont mis en vente les vaccins ?

Tous les vaccins sont soumis à des tests menés par l’Agence européenne du médicament, sur un large échantillon. Une fois en vente, les médecins sont sommés de signaler tous les effets non désirables constatés. Par la suite, l’Agence nationale du médicament réalise une enquête épidémiologique visant à déterminer si le vaccin doit être retiré de la vente.

Les conséquences de la non-vaccination

L’OMS souligne le fait que les vaccins ont aidé et continuent d’aider à l’éradication de maladies. Il est donc primordial que les personnes en mesure de recevoir un vaccin se fassent vacciner.

Par ailleurs, il est important de ne pas confondre immunité acquise et vaccination. En effet, les vaccins n’affaiblissent pas le système immunitaire mais le stimulent. Concrètement, la vaccination consiste à injecter en partie une bactérie ou un virus afin que le corps puisse générer des anticorps à leur encontre, pour s’en défendre le jour où il y sera confronté.

Les effets secondaires des vaccins

L’apparition d’effets secondaires (fièvre, douleurs articulaires, narcolepsie) est certes avérée, mais elle est rarement létale (1 à 5 cas sur 100 000 enfants vaccinés). En effet, les bénéfices restent bien supérieurs aux risques. L’injection provoque quelques bouleversements dans le système immunitaire de nos tout-petits, mais ses effets disparaissent rapidement, sans conséquences particulières.

C’est pour cette raison que 97% des médecins généralistes sont favorables à la vaccination. La solution serait donc de proposer davantage de transparence afin de rassurer les parents qui envisagent la non-vaccination. En effet, cette protection est primordiale, et ne pas y astreindre vos enfants les exposent à davantage de dangers.

Crédit photo : Freepik

Date de publication : 4 septembre 2015