Depuis des années, les femmes accouchent sur le dos. C’est ce que l’on apprend au personnel médical et que l’on impose aux femmes. Toutefois, cette position est de plus en plus controversée. Une femme est-elle faite pour accoucher sur le dos ? Quelles sont les autres alternatives d’accouchement ? La rédac du Mag à fait le point et vous répond.

femme en train d'accoucher sur le dos

La position d’accouchement sur le dos dite en décubitus dorsal est de plus en plus controversée, et même perçue comme aberrante pour Marie-Hélène Lahaye, auteure de « Accouchement : les femmes méritent mieux ».

D’un point de vue physiologique, l’accouchement sur le dos n’est pas optimal. En plus d’être douloureuse et inconfortable, cette position ne permet pas au fœtus de profiter des effets de la gravité et ralentit l’accouchement. Par conséquent, elle augmente considérablement le risque de complications.

Avantages et inconvénients de l’accouchement sur le dos

LES AVANTAGESLES INCONVENIENTS
– Permet à l’obstétricien une meilleure observation.

– Simplifie les interventions.
(monitoring, forceps etc.)
– Accentue les contractions dans les reins.

– Position non-naturelle qui ralentit la progression de l’enfant et rend le travail plus laborieux.

– Risque de déchirure augmenté.

– L’ensemble bassin/coccyx est figé alors qu’il doit s’ouvrir pour laisser passer l’enfant.

Un fait historique devenu la norme occidentale…

Aussi étonnant que cela puisse paraître, cette habitude de l’accouchement sur le dos vient tout droit du 17ème siècle. Ce n’est autre que Louis XIV qui, en 1663, demande à son médecin Mauriceau de faire accoucher sa femme Louise de la Vallière sur le dos afin qu’il puisse observer la naissance de son enfant. Le médecin ayant trouvé cette position confortable pour suivre l’accouchement de sa patiente décide de rédiger un ouvrage à ce sujet. Par la suite traduit par Chamberlen, cette position se répand peu à peu dans le monde médical anglo-saxon. Depuis cette époque, c’est cette façon de faire que les obstétriciens ont conservé et continuent d’inculquer.

Quelles alternatives ?

Aujourd’hui, de nombreuses femmes se tournent vers de nouvelles alternatives d’accouchement plus rassurantes et intimes. Sur 800 000 naissances annuelles en France, 2000 à 3000 femmes décident d’accoucher à domicile entourées d’une sage-femme libérale. Cet accouchement attire de plus en plus de femmes pour diverses raisons. Plus rassurant, il permet aux femmes de donner naissance à leur enfant dans un environnement qu’elles connaissent loin du tumulte des hôpitaux. Le fait d’être à domicile permet également plus d’intimité et laisse place à des moments merveilleux.

L’accouchement dans l’eau est elle aussi une pratique de plus en plus répandue. L’eau est apaisante pour la maman et amenuise les douleurs ressenties. Plus doux, cet accouchement séduit beaucoup de femmes qui souhaitent accoucher sans péridurale. Attention toutefois, accoucher dans l’eau et loin d’une structure médicale comporte des risques importants.

Dans quelle position accoucher ?

Il existe d’autres positions dites physiologiques dans lesquelles il est plus aisé et moins douloureux de donner la vie.

  • À quatre pattes : c’est la position la plus naturelle, notamment pour les femmes qui n’ont pas de péridurale.
  • Sur le côté , une jambe relevée : cette position ouvre le col et diminue la douleur.
  • Accroupie : Pratique pour le travail mais plus compliquée pour l’expulsion du bébé.

Quoi qu’il en soit, n’oubliez pas que le plus important reste d’écouter votre corps et de faire part de vos ressentis au personnel médical.

Date de publication : 30 août 2021