En France, on compte à peu près 3 millions d’enfants qui vivent dans une famille monoparentale. Les chiffres ne cessent d’évoluer… mais c’est quoi au juste une famille monoparentale ? Quelles sont les difficultés rencontrées par les parents et les enfants ? Comment faut-il se comporter avec eux ? On vous en dit plus sur le sujet…

famille-monoparentale

Une famille monoparentale, c’est quoi ?

Une famille monoparentale comprend un enfant vivant avec un seul de ses parents (biologiques). Apparu la première fois dans les années 1970, les familles monoparentales sont aujourd’hui 2,5 fois plus nombreuses qu’il y a 40 ans. Une famille sur cinq est monoparentale en France. Cela représente à peu près 3 millions d’enfants de moins de 25 ans qui sont élevés seuls par leur père ou leur mère. Ce chiffre ne cesse d’augmenter, à cause de la fragilité des unions parentales. Les Français se séparent plus et cohabitent plus souvent qu’avant. Dans 75 % des cas, c’est la séparation des deux conjoints (divorce) qui est la cause d’une famille monoparentale, mais cela peut être aussi un père jamais reconnu, ou bien même un décès. Point positif, on ne reste généralement pas toute sa vie une famille monoparentale, le père ou la mère reconstruit le plus souvent une nouvelle union, en moyenne au bout de 5 ans.

Des difficultés financières

Emploi précaire, chômage

Dans 85% des cas, il s’agit d’une mère et de ses enfants. Après une séparation, les conditions de vie d’une femme chutent de 20%. Seule la moitié des mères de famille monoparentale occupent un emploi à temps complet, alors qu’elles représentent en général la moitié des revenus du ménage. Notons également que la garde des enfants peut freiner l’accès au marché du travail. En effet, ces femmes sont souvent dans une situation moins favorable que les mères vivant en couple, car elles doivent surmonter les contraintes de leur situation de mère célibataire/seule, la garde des enfants et l’impossibilité de compléter le revenu du père absent pour subvenir aux besoins de toute la famille.

Logement

Les conditions de logement sont parfois précaires, ou du moins, plus fragiles que les familles composées. Les femmes sont ainsi plus rarement propriétaires. Seules 28% des mères de famille monoparentale sont propriétaires de leur logement (dont un tiers déclarent vivre en HLM) contre 63% des couples avec enfants. Mais le plus gros problème réside dans la superficie du logement, qui serait fréquemment trop petit : 20 % de ces familles habitent dans un logement où il manque une pièce ou deux. Contrairement aux femmes, les hommes à la tête d’une famille monoparentale ont une meilleure situation, plus de la moitié d’entre eux sont propriétaires et vivent dans une maison. Un marqueur supplémentaire d’inégalité homme-femme ?

Le développement des enfants

L’absence de modèle masculin, le manque de limites

L’absence du père peut s’avérer problématique quand on élève des enfants. Le manque d’autorité et de limites généralement imposées par le père peut parfois déstabiliser le développement d’un enfant. Et porter la double casquette peut être difficilement gérable pour une mère. S’il n’y a pas d’homme à la maison, appuyez-vous sur votre entourage, que ce soit parmi vos amis ou la famille.

En tant que parent responsable, vous ne devez jamais blâmer le parent absent, même si vous l’avez aimé et que vous le détestez à présent. Il faut le faire exister avec un regard positif. Si c’est à cause d’une rupture, votre enfant doit comprendre que cela reste un problème d’adulte, sans bien sûr se sentir coupable.

De fausses idées sur la symbolique du couple

Un enfant, issu d’une famille monoparentale, devine moins bien ce qu’est vraiment un couple. Cela peut entraîner des répercussions minimes ou importantes qui peuvent se faire sentir à l’adolescence ou à l’âge adulte : pour les filles, le fait de ne pas voir de père peut leur faire penser que les hommes ne servent à rien ou l’effet contraire, de trop les idéaliser… Pour les garçons, le risque est de les voir plus tard redouter, mépriser les femmes, de les voir comme toutes puissantes. Il faut donc montrer à votre enfant des exemples comme des couples dans la rue, ses grands-parents ou bien même ses oncles et tantes.

Crédit photo : Pexels

Date de publication : 30 mai 2017