Quand on devient maman, on a tendance à surprotéger nos tendres chérubins. On les couve d’amour et surtout, on se dévoue sans compter pour leur bien-être. Ce comportement n’est pas toujours bien vu de la société, si bien que l’on donne un drôle de nom à ces mères un peu trop impliquées : les « mamans poules » ! Berceau magique vous en dit plus sur le sujet.Être un maman poule

Qu’est-ce qu’être une mère poule ?

On utilise cette expression toute mignonne pour désigner les mamans qui ont tendance à trop protéger leur progéniture. Que ce soit à l’encontre d’un grand ou d’un petit danger, ces mères paraissent en faire beaucoup plus que nécessaire. Si ce comportement peut être très attendrissant, il peut aussi comporter des risques pour le développement personnel de l’enfant.

S’il est clair que le rôle des parents est de subvenir aux besoins de leurs tout-petits et de s’assurer de leur sécurité, cette mission ne doit toutefois pas avoir un impact négatif sur leur autonomie et donner lieu à des angoisses infondées. En effet, les mères poules ont tendance à oublier que tôt au tard, qu’importe leur âge, leurs enfants devront affronter des difficultés. Ce n’est donc pas leur rendre service que de leur permettre de venir se réfugier sous leur jupon ! Au contraire, ceux-ci doivent apprendre à faire face et à réagir seuls aux obstacles.

Maman poule : comment trouver le juste milieu ?

Nous ne cherchons pas dans cet article à diaboliser les mères poules. En effet, leur attitude est tout à fait louable, tant ces mamans sont investies dans le quotidien de leur bout de chou. Néanmoins, il est important de trouver le bon dosage pour l’équilibre des enfants : celui où le tout-petit est libre d’explorer en toute autonomie, mais aussi faire et apprendre de ses erreurs avec le soutien de ses proches.

Pourquoi êtes-vous une mère poule ?

Peut-être êtes-vous généralement de nature inquiète ? Ou bien, avez-vous vécu un phénomène marquant ? Dans les deux cas, vos craintes intérieures ont une signification particulière et se reflètent dans votre comportement envers votre enfant.

Sachez néanmoins que rien n’est définitif : petit à petit, vous allez réaliser que vous ne serez jamais en mesure de protéger entièrement votre tout-petit, et apprendrez peu à peu à lâcher du lest. Faites-vous davantage confiance afin de permettre à votre bout de chou de développer son autonomie. Il n’est pas aussi fragile et vulnérable que vous le pensez !

Crédit photo : aden + anaïs

Date de publication : 20 janvier 2017