Vous qui vous faisiez une joie d’être enceinte, vous ne ressentez finalement ni gaieté ni extase. Au contraire, vous êtes à fleur de peau et ne comprenez pas l’euphorie autour de votre grossesse. Votre moral est au plus bas et vous commencez à mettre en doute vos compétences à devenir mère. Berceau Magique vous rassure, la grossesse est une étape éprouvante et il n’y a aucun mal à  ne pas apprécier le fait d’être enceinte.

grossesse-non-épanouie

1 femme enceinte sur 10 n’est pas épanouie

Depuis que vous êtes enceinte, votre moral n’est pas au beau fixe. Entre votre mal-être persistant et les crises d’angoisse, vous avez l’impression de revivre la période de votre adolescence : et ce n’est pas anodin ! En effet, les spécialistes s’accordent sur le fait que grossesse et puberté partagent de nombreuses similitudes.

La grossesse, vectrice de bouleversement

Vous travaillez d’arrache-pied afin de préparer l’arrivée de votre bambin, mais finissez par ne plus en voir le bout. 9 mois, c’est long ! Quantité d’interrogations traversent votre esprit et vous font douter. Vais-je être capable d’élever mon enfant ? Notre couple était si fusionnel, comment va-t-on s’en sortir avec un bébé ? Comment vais-je concilier cette naissance avec mon poste à responsabilité ?

Être enceinte de nos jours, n’a rien à voir avec ce que cela représentait il y a un siècle. Aujourd’hui, vous êtes déjà considérée comme mère avant même d’avoir accouché. Les échographies, la recherche de maternité ou l’aménagement de la nursery vous projettent dans votre nouveau rôle.

Par ailleurs, notre société idéalise l’image de la femme enceinte. Or devenir mère s’accompagne de profonds chamboulements psychologiques et physiques qui sont difficiles à accepter et induisent nécessairement une remise en question.

Je me sens coupable de ne pas être heureuse

Il est inutile de culpabiliser. En effet, toutes les grossesses sont différentes, il est donc normal que vous vous sentiez différente. Par ailleurs, votre état n’affecte en aucun cas votre futur enfant. A moins que votre dépression induise que vous ne vous alimentiez plus sainement, votre bébé ne ressentira aucune nuisance due à votre mal-être.

A contrario, le baby blues et la dépression post-partum ont des incidences négatives sur le comportement de votre nouveau-né.

Quelles solutions à une grossesse non épanouie ?

L’important, c’est de tout simplement pouvoir en parler avec des personnes en qui vous avez confiance et qui ne vous jugeront pas. Il peut s’agir de votre mère, du futur papa, d’une sage-femme ou encore d’un psychologue. Ces derniers, parce qu’ils ont un regard extérieur, sauront gérer votre angoisse. Qu’importent les raisons qui vous mettent dans cet état, vous pourrez librement leur confier vos états d’âme. Comme nous vous le disions, il est primordial de favoriser une prise en charge avant l’accouchement afin que vous soyez prête à la naissance.

Par ailleurs, nous vous rappelons que la prise d’antidépresseurs est extrêmement nocive pour le développement fœtus, notamment durant le premier trimestre.

Crédit photo : Flickr

Date de publication : 11 août 2015