La grossesse est un tel tourbillon de bonheur, que l’on en oublie facilement la partie administrative. Or, il est primordial de déclarer la bonne nouvelle afin de pouvoir jouir de vos droits et d’une protection sociale. Berceau magique vous donne le détail des démarches à rapidement entreprendre, quand on est enceinte.

La-déclaration-de-grossesse

Comment faire sa déclaration de grossesse ?

Dès que vous avez la confirmation de votre grossesse, prenez rendez-vous le plus tôt possible auprès de votre médecin traitant ou de votre gynécologue. Lors de ce premier examen prénatal, celui-ci vous remettra un document intitulé « Vous attendez un enfant ». Composé de 3 volets, cet imprimé vous servira à prévenir votre caisse primaire d’assurance-maladie (1er volet rose), ainsi que la caisse d’allocations familiales (2ème et 3ème volets bleus) de votre état.

Attention, vous devez impérativement formuler votre déclaration de grossesse avant la fin de votre premier trimestre. Pour la suite, pas de panique : vous recevrez au cours de ce premier rendez-vous un petit guide pratique, qui vous détaille les démarches à réaliser, les documents officiels à remplir et à renvoyer, un aide-mémoire pour préparer les prochaines consultations ainsi qu’un mémento pour noter les dates de rendez-vous.

De quels droits je bénéficie ?

En tant qu’assurée, épouse d’assuré ou à la charge de l’assuré, cette déclaration de grossesse vous permet de bénéficier d’un remboursement intégral de vos examens (échographies, visites médicales, frais pharmaceutiques), mais aussi :

  • 8 séances de préparation à la naissance
  • Les frais d’hospitalisation, ainsi que les honoraires d’accouchement
  • Un congé maternité de 16 semaines, si vous êtes salariée : vous pouvez percevoir jusqu’à 71,80 euros par jour
  • L’examen postnatal
  • 10 séances de rééducation périnéale

Concernant le versement de vos futures prestations familiales telles que la PAJE (184,62 € mensuels) ou la prime à la naissance (923,08 €), pour savoir si vous êtes en mesure d’y prétendre, vérifiez auprès de votre CAF. Sachez, qu’elles dépendent des ressources de votre foyer : à titre indicatif, un couple avec deux salaires qui attend son premier enfant, ne doit pas percevoir au-delà de 46 014 euros de revenus annuels, au total pour pouvoir en bénéficier.

Crédit photo : Pixabay

Date de publication : 13 octobre 2015