Témoignage de Morgane et Sarah @mrsm_mrss

Mariage Morgane Sarah

Une merveilleuse rencontre

Je m’appelle Morgane, je suis maman de 2 grands enfants Paolo et Owenn qui sont nés d’une précédente union.
J’ai décidé de quitter leur papa en 2014. Il est alors parti vivre à l’étranger et depuis 1 an, il n’a pas pris de nouvelles des enfants. Il n’y a plus aucun contact.
En 2019, je décide de me mettre sur un site de rencontre afin d’être mise en relation avec des femmes. Je crois qu’au fond de moi j’ai toujours su que j’aimais les femmes.
Je n’ai échangé qu’avec une seule personne : Sarah !
Il y a eu de longs moments de discussions. Nous avons abordé tous les sujets qui étaient importants pour nous et notamment la question des enfants et d’un projet bébé.
Sarah n’habitait pas « juste à côté ». C’était donc difficile de se donner rendez-vous juste pour boire un café par exemple. Alors, je lui ai demandé ce qu’elle avait prévu pour le réveillon du nouvel an. Je me suis dit que c’était une bonne idée, qu’on pouvait considéré cette première rencontre réelle comme un moment entre amies. Au départ, l’idée était que Sarah pouvait rester dormir à la maison sur le canapé.
Mais, quand je l’ai vue c’était l’évidence. J’étais amoureuse. Je me sentais engagée.
Ça a été instantané !
Au final, Sarah n’a jamais dormi sur le canapé et notre histoire a vraiment démarré ce soir-là.
Quelques jours plus tard, elle a dû repartir et la séparation a été très compliquée. J’étais vraiment mal.
Dans un premier temps, pour mes enfants, Sarah était une copine. J’ai quand même rapidement ressenti le besoin de leur parler , de leur demander s’ils l’appréciaient.
A mes yeux, c’était la première fois de ma vie que j’allais créer une vraie famille.

Le confinement et tout s’accélère !

Dès le début de l’année 2020, on entend parler d’un confinement. En Février, on organise le déménagement de Sarah. On va chercher toutes ses affaires et on se dit qu’on vivra le confinement tous ensemble.
Ça passe ou ça casse ! On se disait : « Si ça tient, on aura bien fait de se mettre ensemble. »
Au final, on a vécu un super moment et on des souvenirs extra !
On a profité de cette période particulière pendant laquelle on avait du temps pour se renseigner sur notre projet bébé. On était d’accord toutes les deux sur la méthode ; c’est la fiv ROPA qui nous correspondait le mieux.
Il s’agit d’une méthode qui repose sur le partage de la conception du bébé entre les 2 compagnes. L’une réalise le don d’ovocytes et l’autre porte l’enfant.
Nous avons choisi la clinique en Espagne la plus proche de chez nous. Tout s’est très bien déroulé et nous avons été ravies du suivi.

Un mariage simple, à notre image

Nous avons organisé notre mariage très vite. Lorsque nous avons appris la levée des restrictions, nous nous doutions que ça ne durerait pas.
Le mariage a donc eu lieu le 1er Juillet, au milieu d’un champ d’oliviers et c’était magnifique. Il y avait nos mamans, nos sœurs et nos amis les plus proches ; environ 30 personnes.
Au lieu de demander des participations pour un voyage, notre urne de mariage était destinée à notre projet bébé. Nos proches ont été top et c’est en partie grâce à eux que nous avons pu concrétiser notre rêve de devenir mamans.

Le projet bébé

Nous avions profité du confinement pour effectuer tous les examens médicaux. C’était vraiment parfait, il n’y avait pas d’attente pour obtenir les rendez-vous.
L’acte de mariage était le dernier document qu’il nous fallait pour compléter le dossier. Ainsi, le 30 Juillet, nous avons pu commencer le protocole.
Nous sommes restées une dizaine de jours en Espagne au début du mois de Septembre pour la ponction et le transfert des embryons. Le 7 Septembre, on m’a transféré 2 embryons et 3 embryons ont été congelés. Malheureusement, j’ai fait une fausse couche. Ça a été un gros coup dur !
Je me suis laissée un peu de temps et j’ai eu un nouveau transfert mais cette fois-ci avec un seul embryon le 4 Novembre. Bonne nouvelle, le test de grossesse urinaire puis la prise de sang montrent bien que je suis enceinte !

Une grossesse très difficile

Quelle joie lorsque nous avons vu le cœur de notre bébé battre lors de la première échographie ! Puis, j’ai eu des saignements. J’ai eu très peur ! Je me suis rendue aux urgences, je suis restée alitée. Quelques semaines plus tard, je suis sortie. J’ai eu à nouveau des saignements. Je suis retournée aux urgences et le personnel médical m’a indiqué que j’allais perdre mon bébé.
C’est inexplicable mais je me suis dit que j’allais mettre toutes les chances de mon côté. Je suis rentrée chez moi et je suis restée strictement alitée. Mi-février, j’ai refait une échographie qui a montré que bébé était en bonne santé. Je me suis sentie mieux et j’ai commencé à bouger petit à petit pour essayer d’avoir une vie normale.
Mais je restais inquiète.
A cela sont venus s’ajouter une carence en fer et le diabète gestationnel. Le diabète me faisait sombrer. Même en ne mangeant qu’une salade mon taux n’était bon. Je pleurais de faim. Sarah a été très patiente, toujours à mes côtés. Elle me préparait mes repas.
Malgré tout c’était trop difficile et 3 semaines avant le terme j’ai décidé de ne plus faire attention. Notre bébé avait un poids normal alors je me suis dit que j’allais vivre normalement les jours qui restaient avant l’accouchement. Et je ne regrette pas du tout d’avoir fait ça.

L’accouchement

J’ai été déclenchée à 39 semaines avec un tampon. J’avais des contractions mais le col ne bougeait pas. J’ai alors eu de la morphine puis un autre tampon. La nuit suivante, on m’a à nouveau administré de la morphine. A 10h du matin du 3eme jour , j’ai eu une perfusion et la péridurale … le col a enfin lâché et j’ai accouché à 21h.
Leah est née !
Dans notre projet de naissance, nous souhaitions que ça soit Sarah qui sorte Leah. Et cela a été respecté. Leah est sortie, elle a pleuré. Tout semblait ok.
Mais il y avait un problème, le placenta ne sortait pas. C’est la sage-femme qui est allée le chercher. C’était un moment traumatisant et Sarah a été choquée.
Leah hurlait, moi aussi. J’avais vraiment très mal et je saignais beaucoup.
Dans notre projet de naissance, nous voulions également l’empreinte placentaire. On ne pouvait pas bien voir l’arbre de vie mais Sarah peint et elle a pu le mettre en valeur et a ajouté les couleurs de l’arc en ciel.
Nous sommes rentrées à la maison 3 jours plus tard. Leah est un bébé qui a besoin d’être portée tout le temps. Cela résulte sans doute de la grossesse et de l’accouchement difficiles. Nous avons fait beaucoup de peau à peau et beaucoup de portage.
Paolo et Owenn ont été exceptionnels. Il n’y a que de la bienveillance ! Ils se relayaient tous les jours pour choisir la tenue de Leah. Ils ont immédiatement aimé le rôle de grand frère et grande sœur.
D’ailleurs Paolo a dit qu’il voulait plein de frères et sœurs et Owenn a ajouté que Leah était le rayon de soleil de la famille.

projet bébé Leah

Les mots de Sarah

Je dois avouer qu’au départ j’étais un peu plus sur la réserve. Je ne m’attendais pas à rencontrer quelqu’un qui avait déjà des enfants. Je me posais beaucoup de questions : « est ce que je m’y prends bien ? », « suis-je juste ? », …
En fait, tout s’est bien passé … naturellement. Les enfants sont vraiment adorables. J’ai rapidement trouvé ma place.
Avec Owenn et Paolo, on a appris à se connaître. On a fait beaucoup de sorties et d’activités et on a crée du lien.
Le moment le plus marquant pour moi est la naissance de Leah. Je n’ai jamais autant pleuré. C’est le plus beau cadeau ! J’ai ressenti beaucoup beaucoup d’émotions.

Les enfants Owenn, Paolo et Leah

Notre surprise !

Je ne voulais pas porter un enfant de suite. Je voyais la grossesse comme un handicap. Mais quelque chose a changé en moi pendant la grossesse de Morgane. J’ai trouvé ça magnifique.
Nous avons donc entamé le protocole pour que je puisse, à mon tour, porter un enfant. Et voilà : je suis enceinte !
La naissance est prévue pour le mois d’Octobre.
Au final, nous aurons 4 enfants ! Nous aurons réussi à fonder notre famille nombreuse en seulement 3 ans.
Je crois que les mots qui nous définissent sont : bonheur, bienveillance, esprit de famille et surtout Amour.

Photographe : Coralie Rauch photographie

Date de publication :