L’allaitement suscite de nombreuses interrogations chez les futures mamans. Dans le cas d’une augmentation mammaire, existe-il des conséquences sur la lactation ? Berceau magique lève aujourd’hui le voile !chirurgie-plastique-allaitement

Le fonctionnement de l’allaitement

Pour pouvoir allaiter, il doit y avoir lactation. La lactation nécessite des glandes mammaires fonctionnelles. Celles-ci existent dès la puberté à l’état « larvaire », mais ne se développent que sous l’effet des hormones de grossesse et de la nidation de l’embryon. À partir de ce moment-là, un conduit appelé canal lactifère, va pouvoir amener le lait maternel jusqu’aux mamelons.

Par la suite, lorsque le bébé sera présenté au sein au cours de la tétée, l’hormone ocytocine sera sécrétée par le cerveau maternel. L’allaitement pourra alors commencer.

Chirurgie des seins et allaitement : compatible ?

Si la question est tout à fait légitime, elle n’a fait l’objet que de très peu d’études. En effet, les seules enquêtes menées sur les femmes ayant eu recours à une chirurgie plastique n’ont duré que quelques jours :  un délai trop restreint pour tirer de véritables conclusions. La seule étude probante a démontré un risque d’échec de l’allaitement 3 fois supérieur chez les femmes ayant subi une augmentation mammaire.

Bien que les chirurgiens plastiques veillent au maximum à protéger les glandes et les canaux lors de la pose des implants ; dans les faits, l’opération esthétique peut avoir diverses conséquences :

  • La détérioration de la glande mammaire
  • L’incision des canaux lactifères, ce qui empêche l’écoulement du lait
  • La perte de la sensibilité au niveau du mamelon, due au sectionnement des fibres qui induisent le réflexe d’éjection et la sécrétion hormonale.

Toutefois, il faut noter que le corps humain est capable de reconstruire ce qui a été détruit par l’opération esthétique. Avec le temps, les canaux peuvent se reformer et les nerfs repousser. Effectivement, lorsqu’une femme tombe enceinte, elle va enclencher naturellement le développement de la glande mammaire, en vue de l’allaitement du bébé à venir. Une maman pourra ne pas produire suffisamment de lait pour son premier enfant, mais en avoir suffisamment pour le second… Oui : la nature est bien faite !

Crédit photo : Pixabay

Date de publication : 22 mars 2016