Qu’est-ce que le don de cordon ombilical ? Ce don volontaire et anonyme a lieu après l’accouchement, et permet de soigner des personnes atteintes de graves maladies. Berceau magique fait le point sur cette initiative encore méconnue.don-de-sang-de-cordon

Qu’est-ce que le don de sang de cordon ?

À partir du 4ème mois de grossesse, une femme enceinte peut être sensibilisée au don de sang de cordon. En effet, après avoir détaillé ses antécédents médicaux et familiaux à son obstétricien, la future maman pourra compléter un formulaire de consentement, si elle le désire.

Le don de sang de cordon est un prélèvement qui a lieu dans les minutes qui suivent la naissance de bébé. À ce moment-là, le cordon ombilical vient tout juste d’être coupé, et le placenta se trouve toujours dans l’utérus. Cette procédure indolore, ne présente aucun risque ni pour le nourrisson ni pour la mère. Il contient de précieuses cellules-souches pouvant guérir plus de 80 maladies, dont le cancer du sang ou d’autres pathologies rares. Ces greffons sont envoyés aux 4 coins du monde pour sauver des vies.

Les conditions pour un don de sang de cordon

Comme pour le don du sang traditionnel, il existe des restrictions : les futurs parents et leur bébé doivent être en bonne santé (aucune anomalie in-utero), la femme enceinte doit être majeure, et les autres enfants de la fratrie ne doivent pas souffrir de pathologies hématologiques ni tumeurs ou maladies génétiques.

D’autre part, le jour de la naissance, le don de sang de cordon n’a pas lieu si :

  1. L‘accouchement est prématuré (inférieur à 37 semaines),
  2. La poche des eaux s’est rompue plus de 33 heures avant la mise au monde,
  3. La maman est fiévreuse (température corporelle supérieure à 38,5°C),
  4. Le liquide amniotique est déclaré « méconial » (comporte les premières selles du bébé).

Crédit photo : Pixabay

Date de publication : 24 mars 2016