La mastite est une inflammation du sein qui se produit fréquemment durant le mois suivant l’accouchement, lorsque la jeune maman apprend à allaiter. Toutefois, les femmes ayant déjà eu un ou plusieurs enfants à qui elles ont donné le sein, n’en sont pas pour autant immunisées. La mastite se traduit physiquement par des rougeurs au niveau de la poitrine, un durcissement sur la région du sein, ainsi que de profondes douleurs. Elle est souvent accompagnée de fièvre et de courbatures.  Berceau magique vous en dit plus sur le sujet.soigner-une-mastite

Quelles sont les causes d’une mastite ?

La mastite est généralement la résultante d’une «stase laiteuse» : c’est-à-dire que le lait s’accumule dans votre poitrine, car il est fabriqué plus vite qu’il n’est consommé. En pratique, cela s’explique par le fait que votre bout de chou ne vide pas bien vos seins lors de la tétée.

Parmi les potentielles autres causes de mastite :

  • Un soutien-gorge qui compresse la poitrine
  • Un engorgement qui ne passe pas
  • Un allaitement fréquemment perturbé, car bébé chahute
  • De longs intervalles entre les tétées
  • La fatigue
  • Un traumatisme du sein

Ces facteurs peuvent autant infecter les seins de la maman, que rendre ses mamelons crevassés.

Comment soigner une mastite ?

  1. Tout d’abord, nous vous recommandons d’alterner entre source de chaleur et source de froid, afin de favoriser le drainage et de décongestionner le sein.
  2. Par ailleurs, parmi les astuces de grand-mère les plus célèbres : les feuilles de chou. En les écrasant au rouleau à pâtisserie, vous en ferez sortir leurs sucs aux propriétés astringentes.
  3. Dans le même registre, le cataplasme à l’argile permet de soulager la douleur.
  4. Enfin, il est aussi primordial que vous vous reposiez. Le papa peut profiter de ce moment de calme pour vous masser dans le creux des omoplates.

Si la douleur, la fièvre et la zone indurée ne disparaissent pas au-delà de 24 à 48 heures, il est nécessaire de consulter afin d’entamer un traitement médical qui durera une quinzaine de jours. Vous pouvez bien sûr tenter de prendre un antalgique (paracétamol ou ibuprofène), mais montrez-vous extrêmement vigilante quant à sa compatibilité avec l’allaitement.

Puis-je continuer d’allaiter ?

La mastite n’est pas une contre-indication à l’allaitement. À vrai dire, il est même conseillé de poursuivre l’allaitement dans la mesure où votre enfant le souhaite, afin de décongestionner vos seins. Sachez, de plus, que cela n’a aucune incidence sur votre tout-petit.

Sollicitez l’aide d’une personne compétente ou d’un autre maman dans votre entourage, afin d’établir si la tétée est bien réalisée. Nous vous suggérons d’essayer différentes positions d’allaitement pour permettre à votre nourrisson à mieux prendre le sein.

Enfin, utilisez un tire-lait si vous sentez que votre enfant ne tète pas correctement.

Crédit photo : Flickr

Date de publication : 26 octobre 2015