L’accouchement est un moment important dans la vie d’une femme, d’une famille. Synonyme de nombreux changements, il devient alors  essentiel de préparer son corps et son esprit pour accueillir cet événement. Dans cet article, loin d’être exhaustif, la rédaction de Berceau Magique Le Mag souhaite vous accompagner au travers de 4 conseils pour rendre ce moment plus paisible.

1. Se préparer à l’arrivée de bébé

Comprendre le déroulement d’un accouchement, ce qui se passe dans le corps, la péridurale, la césarienne, découvrir le rôle du co-parent le jour J, les douleurs et les risques possibles ou encore l’après-accouchement et le futur rôle des parents sont tout autant d’informations importantes à connaître.

Il est conseillé de se préparer à l’arrivée de bébé dès le début, lors du premier trimestre de grossesse grâce à l’entretien prénatal précoce. Ce rendez-vous de suivi de grossesse est obligatoire et est assuré par une sage-femme ou un médecin. Vous pouvez y aller seule ou en couple. De plus, il est totalement remboursé par l’Assurance Maladie. Ce sera l’occasion de poser toutes les questions que vous souhaitez sur la naissance ou encore la parentalité

Conseil : Programmez-le dès le début de votre grossesse, à partir du 4ème mois. 

S’ensuivent 7 séances de préparation à la naissance, individuellement ou en groupe, qui débutent idéalement au quatrième mois de grossesse, 100% prise en charge par la sécurité sociale, celles-ci servent à “expliquer le déroulement de la grossesse, de l’accouchement et les suites de couches”.

Lors de ces séances, différents thèmes seront abordés comme par exemple connaître les soins à apporter à votre bébé dès la naissance, votre retour à la maison avec lui, découvrir des exercices corporels et de respiration ou encore comprendre le rôle de chaque membre de l’équipe médicale. 

De plus, les séances sont ouvertes aux co-parents afin de leur expliquer le déroulement de l’accouchement.

2. Choisir des séances de préparation à l’accouchement adaptées à ses besoins

Chaque grossesse est unique, chaque femme à sa propre histoire, son caractère et son identité. De ce fait, il est important de choisir la méthode de préparation à l’accouchement qui vous convient le mieux et qui s’adapte le plus à votre mode de vie.

Ci-dessous, vous trouverez cinq méthodes de préparation à l’accouchement :  

  • La sophrologie 

La sophrologie prénatale vise à envisager avec sérénité son accouchement en se reconnectant à ses sensations. Cette technique de respiration permet aux futures mamans de reprendre conscience de leur corps afin d’être préparées autant physiquement que mentalement le jour-J. Une discipline qui permet de vivre pleinement et positivement son accouchement, plutôt que de le subir.

  • L’acupuncture

Le dernier mois de sa grossesse, une future maman peut avoir recours à l’acupuncture en vue de préparer au mieux son accouchement. Cette discipline fait partie des méthodes de soin de la médecine traditionnelle chinoise : en posant des petites aiguilles dans la peau plus ou moins profondément sur des points précis, l’acupuncture agit sur les flux énergétiques qui se déplacent le long de trajets précis appelés “méridiens”. Au total, douze voies de circulation de l’énergie existent. Pendant une séance, chaque aiguille est laissée entre 15 et 20 minutes au même endroit. Par ailleurs, lors de  l’accouchement, cette discipline favorise l’assouplissement du périnée. Finalement, ces séances contribuent à réduire le temps de travail le jour J, permettant d’aborder l’accouchement calmement.

Bon à savoir : L’acupuncture peut être prise en charge par la Sécurité sociale et votre mutuelle sous conditions. 

 

Elle a testé : “J’ai vu un acupuncteur parce que je stressais que ça mette du temps [l’accouchement], j’entendais beaucoup de récits “Oh la la !  Mon dieu, ça a duré 1000 ans, etc.” et je voulais que l’accouchement se déroule rapidement donc j’ai fait de l’acupuncture.  Deux séances à chaque accouchement. Pour le coup cela a très bien fonctionné parce que pour le premier accouchement, le travail a duré 5h et pour le deuxième 3h. Je pense que cela a un effet un peu placebo : comme tu sais que tu vas faire quelque chose qui va certainement t’apaiser, ça joue sur ton esprit.”

  • le yoga prénatal

Pratiqué régulièrement, tout au long de la grossesse, le yoga prénatal prépare le corps à l’accouchement. Accessibles à toutes les femmes enceintes, sans condition préalable, ces séances sont un excellent moyen d’atteindre l’harmonie du corps et de l’esprit. Cette méthode permet de favoriser une tonicité musculaire, une meilleure gestion de la respiration durant les heures de travail ainsi que l’amélioration de la mobilité du bassin.

conseils pour préparer son accouchement plus sereinement

 

Bon à savoir : Le yoga prénatal peut être pratiqué dès le début de la grossesse. Le co-parent peut être invité à prendre part aux séances afin d’aider leur campagne lors des étirements ou pour la masser, un réel moment de détente et de partage.

 

  • Le chant prénatal 

Cette technique, développée dans les années 70, est un mode de préparation à la naissance qui met les outils du chant au service du corps de la future mère, de ses mouvements, de sa respiration et du lien parent-enfant. Cette pratique permet à la femme enceinte de communiquer avec son bébé par le biais du chant. Le bébé in utero est rassuré. Après sa naissance, il peut reconnaître certaines mélodies qui le mettent en sécurité et en confiance.

Bon à savoir : 

Idéal de débuter les séances à partir du quatrième mois de grossesse. Aucune pratique préalable en chant est nécessaire. Les séances sont collectives ou individuelles et durent généralement d’1h à 1h30.  De plus, lors de l’accouchement, les sons graves ont un effet bénéfique sur l’ouverture du périnée

  • L’haptonomie :

L’objectif principal de cette méthode du “toucher affectif”, instaurée par le docteur néerlandais Frans Veldman est d’installer une relation précoce entre votre bébé in utero et vous, grâce au toucher. Elle prépare votre bébé au monde extérieur et à votre contact. Cette pratique est généralement très appréciée par le co-parent qui peut parfois, se sentir exclu de la grossesse. Ici, c’est l’occasion de créer une relation spéciale entre votre bébé et vous.

Pour rappel, toutes les méthodes de préparation à l’accouchement ne sont pas remboursées par l’Assurance maladie. Il est donc important de vérifier les modalités de la prise en charge. De plus, il est tout à fait possible de choisir l’une de ces pratiques en complément à une autre préparation à la naissance, comme la préparation classique citée en tout début d’article, par exemple.

3. Préparer sa valise pour la maternité 

Il est conseillé de commencer à préparer sa valide de maternité à partir du 7ème mois de grossesse. En cliquant ICI, vous trouverez une liste des indispensables à imprimer façon check-list.

L’idéal est d’avoir trois sacs : le premier, avec les affaires de bébé, le second qui contient les affaires de maman et enfin le troisième, avec les affaires du co-parent. Dans cette préparation, il convient de se montrer prévoyant afin d’éviter toute forme de stress le grand jour-J ! 

Pour vous aider dans votre organisation, retrouvez Jenny, jeune maman de la team Berceau Magique dans la vidéo ci-dessous :

4. Bien choisir sa maternité

Le choix de la maternité , publique, privée, quel niveau… un vaste sujet ! L’idéal est de commencer vos recherches à partir du cinquième mois de grossesse

Trois niveaux de maternité existent  :

  • Maternité de niveau I (publique et privée) :  pour les grossesses dites simples (90% des cas) avec accouchement par voie basse ou césarienne. 
  • Maternité de niveau II (publique et parfois privée) :  pour les grossesses à risques ou multiples. Elles sont dotées d’une unité de néonatologie.
  • Maternité de niveau III  (publique uniquement) : elles sont conseillées pour les accouchements prématurés et dotées d’une unité de réanimation. On y trouve les « Unités Kangourou » permettant l’hospitalisation du bébé à sa naissance, sans le séparer de sa maman. 

Il ne vous reste plus qu’à choisir  la maternité qui correspond le plus à vos désirs et à vos besoins. Surtout, n’hésitez pas à poser toutes les questions dont vous avez besoin au personnel médical, telles que : 

  • Suite à un dépassement du terme, quelle décision sera prise ?
  • Où sera placé le berceau de mon bébé par rapport à mon lit ?
  • Quels sont les potentiels frais supplémentaires ?

Vous êtes désormais prête à appréhender votre accouchement le mieux possible. Mais surtout, n’oubliez pas l’essentiel : restez à l’écoute de votre corps, de vos ressentis. On a demandé à une Magique Mum de nous donner un conseil pour les mamans en devenir, elle nous a répondu : 

« De toutes les façons, ce ne sont pas elles qui décident quand le bébé arrive, c’est le bébé qui décide. »

Crédit photo : Photo de RODNAE Productions provenant de Pexels

Date de publication : 24 mars 2022